î·25005· Soeurs jumelles

Pour moi, il n’y a aucun doute. L’eau et la musique sont soeurs jumelles. L’une et l’autre constituent chacune un élément naturel et vital pour l’être humain. Vous me direz qu’on ne meure pas de pénurie de musique. Mais, je pense qu’il est tout de même possible de reconnaître que la musique joue un rôle très important dans nos vies. Elle est à la fois facteur et expression de libération, d’émancipation individuelle et collective. Une musique qui émerge de l’esprit et du corps de la compositrice ou du compositeur, je me la représente comme un écoulement ; la musicienne ou le musicien étant devenu·e un canal vivant. Elle ou il a alors réussi, le temps d’un instant fugace, à placer sa « lumière » dans le bon axe pour réceptionner le flux de musique émanant dont ne sait où. Cet alignement entre la source inconnue et le jaillissement sur l’instrument ou la partition est un phénomène difficile à contrôler, par nature. Même l’exercice régulier – que je ne pratique évidemment pas assez –  ne me semble pas suffisant pour atteindre la maîtrise. Là encore, patience et humilité, et longue observation, écoute posée du flux et du flot continu de l’eau et de la musique nous aideront peut-être à mieux comprendre, avec tout notre corps et notre esprit, et surtout l’âme, pour parfois parvenir à lâcher-prise et se laisser traverser, sans se noyer.

Le clapotis de mon coeur fait tanguer ma barque.
La branche de l’arbre cassé remonte le courant.
La fin est proche, bientôt elle 
transpercera ma coque.
Et il ne me restera plus qu’à sombrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *