î·25116 « La musique ne s’arrête pas là où tu es. »

« La musique ne s’arrête pas là où tu es. »
J’entends encore le son chaud de la voix de Ballaké Sissoko interviewé sur France Musique. Et je suis convaincu que tous les grands musiciens et musiciennes sont des aventuriers dans l’âme. Ballaké Sissoko, Vincent Segal, Cesaria Evora, Bernard Lavilliers, Jordi Savall, Magic Malik, Julien Lourau, Marc Vella et tant d’autres. Tous appartiennent à la même tribu, la même grande famille de ceux que j’aime appeler les géomusiciens. Toujours en mouvement, elles et ils parcourent les mondes réels et imaginaires pour nous enchanter. La tribu n’est jamais toute réunie mais par contre toujours reliée, au-delà des limites du temps et de l’espace. Elles et ils se reconnaissent instantanément lorsque leurs chemins se croisent. Elles et ils parlent la même langue… la musique du cœur. Chaque géomusicien·ne vit la même quête : faire émerger et explorer de nouveaux territoires, des territoires imaginaires et poétiques dans nos vies quotidiennes ; et y semer de l’harmonie et de l’amour ; de l’amour fraternel, engrais de civilisation pour une terre de Création et de Paix ; pour un jour tous se retrouver sur une île, quelque part, en soi ; une île qui n’appartient à personne ou plutôt qui est le bien commun de tous. Cette île imaginaire et universelle existe. Nous en avons la responsabilité ; la responsabilité d’en conserver l’existence et la mémoire, de préserver sa pureté, sa beauté et son intimité tout en la rendant accessible à tous.
Mon cœur est nomade. Je le sens. Mais pourquoi suis-je alors si sédentaire ? Fixé au même point ou presque. Capturé par mes distractions, mes passions, mes obligations et tout ce qui peut m’empêcher d’être à mon tour un humble géomusicien ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *